Quel avenir pour les données portant sur les ruptures d’approvisionnement de médicaments déclarées sur les sites web de surveillance?

Quel avenir pour les données portant sur les ruptures d’approvisionnement de médicaments déclarées sur les sites web de surveillance?


Isabelle Barthélémy , Assistante de recherche , Denis Lebel , B. Pharm., M. Sc., FCSHP , Adjoint , Jean-François Bussières , B. Pharm., M.Sc., FCSHP , Chef

En janvier 2012, Vogel s’est questionnée sur l’avenir et les retombées des nombreux sites web existants utilisés pour la déclaration et la diffusion des ruptures d’approvisionnement de médicaments au Canada1. Elle se demande si de tels sites peuvent être utiles quand ils sont basés sur la déclaration volontaire et qu’ils ne bénéficient d’aucun soutien financier de la part de l’autorité réglementaire Santé Canada ni d’encadrement juridique approprié. Moins d’un mois après la parution de cet éditorial, la situation canadienne devenait critique alors que Sandoz Canada annonçait une crise sans précédent ayant engendré une réduction marquée voire un arrêt complet de la production d’une majorité de ses produits injectables fabriqués au Canada2. Cette crise a été l’occasion de constater que l’accès à l’information en temps réel est primordial et qu’il s’avère nécessaire d’entreprendre des changements législatifs.

L’Unité de recherche en pratique pharmaceutique du Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, à Montréal, Québec, a effectué une analyse de trois sources de données publiées en vue de déterminer si le nombre de ruptures d’approvisionnement en médicaments diffère selon la source consultée. Les trois sources étudiées proviennent de deux sites web ayant contribué à soutenir les efforts de gestion des pharmaciens au cours de cette année, www.vendredipm.ca créé en janvier 2011 et http://penuriesdemedicaments.ca créé en 2012. Ces deux sites web sont mis à jour sur une base volontaire par les fabricants. De plus, certains groupes d’achats (p. ex. SigmaSanté, Montréal, Québec) exigent, en vertu de leur contrat de services, que chaque rupture de stock d’un médicament soit déclarée en temps réel. Nous avons comparé le nombre de cas de ruptures d’approvisionnement de médicaments et le nombre de fabricants qui ont temporairement suspendu leur fourniture de produits pour chaque semaine de juin, juillet, août et novembre 2012. Ces informations ont été obtenues de trois sources, soit la déclaration du grossiste (disponible sur www.vendredipm.ca); les déclarations des fabricants, tel que l’exige le contrat de SigmaSanté (disponible sur www.vendredipm.ca); et la déclaration des fabricants réalisée de façon volontaire (disponible sur http://penuriesdemedicaments.ca).

Le tableau 1 présente le nombre moyen de ruptures d’approvisionnement recensées ou déclarées chaque semaine selon la source consultée (www.vendredipm.ca – volet grossiste, www.vendredipm.ca – volet fabricants ou http://penuries demedicaments.ca – volet fabricants). Le nombre moyen de ruptures d’approvisionnement de médicaments le plus élevé est obtenu sur le site de www.vendredipm.ca (volet fabricant). Ainsi, un écart important se dessine entre le site http://penuriesdemedicaments.ca, qui recense en moyenne 81 % à 87 % du nombre total des interruptions d’approvisionnement, et la veille électronique du grossiste, qui ne mentionne sur www.vendredipm.ca que 42 % à 48 % des ruptures de stock totales.

Tableau 1.   Profil du nombre moyen de médicaments en rupture d’approvisionnement par site web


 

En septembre 2012, Bhat et coll.3 ont calculé, dans une unité de soins intensifs d’un centre hospitalier universitaire de la région de Boston, un délai médian de huit mois entre la publication d’une rupture de stock d’un médicament sur le site de l’American Society of Health-System Pharmacists et la diminution de plus de 50 % de la disponibilité mensuelle habituelle des doses, la période d’observation avait débuté six mois avant la déclaration et a été poursuivie durant les douze mois qui ont suivi la déclaration. Les auteurs soulignent qu’il existe plusieurs facteurs pouvant expliquer les délais entre l’annonce d’une rupture de la continuité des livraisons et l’apparition du manque dans un établissement donné ou encore les différences entre le nombre de ruptures de stocks déclarées par différentes sources de données, l’un de ces facteurs étant les réserves dont disposent les grossistes ainsi que chaque établissement. De plus, dans une enquête menée auprès des professionnels de la santé des cinq centres hospitaliers universitaires du Québec4, 64 % des pharmaciens (88/137) ont considéré que « la pénurie de médicaments a été vécue plus facilement grâce à la mise en ligne de l’état de la situation sur le site de vendredipm.ca ».

Nous pensons qu’un site unique canadien (p. ex. http://penuriesdemedicaments.ca) serait utile au soutien des cliniciens, comme le souligne le rapport du comité permanent sur la santé de la Chambre des communes et du groupe de travail de l’Ordre des pharmaciens du Québec57. Pour être utile, le site devrait également être complet, c’est-à-dire recenser un nombre maximal de ruptures d’approvisionnement et intégrer certaines des fonctionnalités retrouvées sur www.vendredipm.ca, telles que la dénomination commune, le nombre de produits similaires disponibles au Canada et le lien vers des fiches de soutien clinique.

Références

1. Vogel L. Online drug shortage registry “limited” in application. CMAJ. 2012;184(3): E165–6.
pmc  

2. Lettre aux clients (15–16 février). Boucherville (QC) : Sandoz Canada Inc.; 15 février 2012. Publié au : www.sandoz.ca/site/fr/products/inventaire/customerletter/letter1.shtml?licensecode=catalogue. Consulté le 27 novembre 2012.

3. Bhat S, Roberts R, Devlin JW. Posted versus actual drug shortages. Am J Health Syst Pharm. 2012;69(16):1363–4.
cross-ref  pubmed  

4. Barthélémy I, Lebel D, Bussières JF. Perception of the impact of drug shortages on healthcare professionals and patients in Canada [résumé]. Can J Hosp Pharm. 2013;66(1):58.

5. L’approvisionnement en médicaments au Canada : une responsabilité multilatérale. 41e Législature, première session. Ottawa (ON) : Comité permanent de la santé de la Chambre des communes du Canada; 2012 juin. Publié au : www.parl.gc.ca/content/hoc/Committee/411/HESA/Reports/RP5640047/hesarp09/hesarp09-f.pdf. Consulté le 27 novembre 2012.

6. Recommandations du comité sur les ruptures d’approvisionnement en médicaments. Les ruptures d’approvisionnement en médicaments. Montréal (QC) : Comité de travail sur les ruptures d’approvisionnement en médicaments; avril 2012. Publié au : www.opq.org/cms/Media/1233_38_fr-CA_0_Rapport_ruptures_approvisionnement.pdf. Consulté le 27 novembre 2012.

7. Barthélémy I, Lebel D, Bussières JF. Drug shortages in health care institutions: perspectives in early 2013 [lettre]. Can J Hosp Pharm 2013;66(1):40–1.
pubmed  


Unité de recherche en pratique pharmaceutique, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec)

Isabelle Barthélémy est aussi une étudiante (D. Pharm.) à l’Université Claude Bernard Lyon 1, Villeurbanne, France. Denis Lebel est aussi adjoint aux soins pharmaceutiques, à l’enseignement et à la recherche, Département de pharmacie, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, Montréal (Québec). Jean-François Bussières est aussi chef du Département de pharmacie au Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, et professeur titulaire de clinique, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Montréal (Québec). ( Return to Text )

(Return to Top)


Divulgation d’intérêts concurrents: Aucun déclaré.


Canadian Journal of Hospital Pharmacy , VOLUME 66 , NUMBER 2 , March-April 2013



ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists