How Many Words Does a Picture Really Tell? Cross-sectional Descriptive Study of Pictogram Evaluation by Youth

Artyom Korenevsky, Régis Vaillancourt, Annie Pouliot, Marine Revol, Evan Steed, Luc Besançon, Marit-Saskia Wahrendorf, Jaimisha R Patel

Abstract


ABSTRACT

Background: Communicating health-related instructions with pictograms is useful, but such graphics can be interpreted in different ways. It is crucial to understand which pictogram components are best for accurate communication.

Objectives: To catalogue pictograms used to label drugs in clinical practice; to identify the common graphic elements for defined categories of pictograms, by performing a semiotic analysis (studying how signs are perceived and how they should be designed); to identify the key graphic elements common to pictograms preferred by users; and to develop suggestions for future pictogram design on the basis of users’ input.

Methods: Literature and Internet searches were performed to identify pictograms and pictogram categories. A call for pictograms was also circulated through the International Pharmaceutical Federation (FIP). Youth at a Canadian pediatric hospital were asked to rate pictograms (including storyboards and prescription labels generated by FIP pictogram software) in terms of how best they represented their intended meanings. Pictograms for which at least 80% of participants “somewhat agreed”, “agreed”, or “strongly agreed” that the graphic conveyed the intended meaning were designated as “preferred” and were selected for analysis. Elements appearing in at least 50% of these preferred pictograms were highlighted as ke graphic elements for design of future pictograms.

Results: In total, 21 categories were identified for pictograms used in clinical practice, and a total of 204 pictograms were analyzed. Eighty-six participants took part in the survey. For each pictogram category, certain elements were identified as “preferred” and as “key graphic elements”, whereas other elements met neither designation. For all 21 pictogram categories, at least 80% of survey respondents agreed that the FIP storyboard conveyed the intended meaning.

Conclusions: Certain key, preferred graphic elements are required for pharmaceutical pictograms to convey their intended meaning. The overlap between preferred and key pictogram elements indicates that both must be considered in development of future pictograms. Redesign of existing pictograms with consideration of the best semiotic elements is in progress.

RÉSUMÉ

Contexte : La communication des instructions concernant la santé à l’aide de pictogrammes est utile, mais ces graphiques peuvent être interprétés de différentes façons. Il est crucial de connaître quels éléments de ces picto - grammes sont les plus adéquats pour permettre une communication précise.

Objectifs : Répertorier les pictogrammes utilisés pour étiqueter les médicaments en pratique clinique; déterminer les éléments graphiques courants pour chaque catégorie de pictogrammes, en effectuant une analyse sémiotique (étude de la perception des signes et de leur représentation graphique); définir les éléments graphiques clés communs aux pictogrammes préférés des usagers; et formuler des suggestions pour la conception de futurs pictogrammes en tenant compte des commentaires des usagers.

Méthodes : Une recherche bibliographique et une recherche dans Internet ont été menées pour déterminer les pictogrammes et les catégories de pictogrammes. Une demande de soumission de pictogrammes a aussi été diffusée par l’entremise de la Fédération internationale pharmaceutique (FIP). Dans un hôpital pour enfants du Canada, on a demandé à des jeunes d’évaluer les pictogrammes (y compris des étiquettes de médicaments prescrits et des scénarios illustrés générés par le logiciel de pictogrammes de la FIP) quant à l’exactitude de leur représentation du message qu’on voulait livrer. Les pictogrammes pour lesquels au moins 80 % des participants étaient « plutôt d’accord », « d’accord » ou « tout à fait d’accord » que le graphique livrait le message voulu ont été jugés comme étant « préférés » et retenus aux fins d’analyse. Les éléments apparaissant dans au moins 50% des pictogrammes préférés ont été sélectionnés comme éléments graphiques clés pour la conception de futurs pictogrammes.

Résultats : En tout, 21 catégories de pictogrammes utilisés dans la pratique clinique ont été déterminées, 204 pictogrammes ont été analysés et 86 participants ont répondu au sondage. Pour chaque catégorie de pictogrammes, certains éléments ont été définis comme étant « préférés » et comme des « éléments graphiques clés », alors que d’autres éléments n’ont satisfait ni l’une ni l’autre de ces désignations. Pour les pictogrammes de l’ensemble des 21 catégories, au moins 80 % des répondants ont affirmé que le scénario illustré généré par le logiciel de la FIP communiquait le message qu’on voulait livrer.

Conclusions : Certains éléments graphiques clés et préférés sont requis afin que les pictogrammes pharmaceutiques communiquent le message qu’on veut livrer. Le chevauchement entre les éléments graphiques préférés et les éléments graphiques clés indiquent que les deux doivent être pris en compte dans la création de futurs pictogrammes. La reconception des pictogrammes existants qui tient compte des meilleurs éléments sémiotiques est en cours.


Keywords


semiotics; semiology; medication literature; sémiotique; sémiologie; documentation sur les médicaments

Full Text:

PDF HTML Appendix


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v66i4.1269

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists