The Safety of First-Dose Home IV Antibiotic Therapy

Grace Ma, Annaliese Tisseverasinghe, Paul Toren, Dorothy Tam, Susan McKenna, Gerald Evans

Abstract


ABSTRACT

Background: The first dose of home IV antibiotic therapy is traditionally administered under a physician’s supervision because of concerns about unpredictable immediate allergic reactions. In some jurisdictions, patients also have the added expense of purchasing epinephrine kits.

Objective: To evaluate the standard of care and to develop evidence-based guidelines for patients receiving IV antibiotics at home.

Methods: Information was gathered through a literature review, analysis of reports retrieved from the Canadian Adverse Drug Reaction Information System (CADRIS) database, a survey of the policies of Ontario Community Care Access Centres (CCACs), and opinion polls of pharmacists interested in parenteral antibiotic therapy and of infectious disease physicians.

Results: A literature search did not yield any reports on the incidence of adverse drug reactions with the first dose of IV antibiotics. About half of anaphylactic reactions reported to CADRIS during the past 8 years in which an IV antibiotic was the suspected drug occurred with initiation of therapy. Of the 29 CCACs that responded to the survey (67% response rate), 21 (72%) allowed the first dose of IV therapy to be given at home. Most of the specialists surveyed have protocols regarding home IV antibiotic therapy. In most cases, patients were not required to purchase epinephrine.

Conclusions: In certain situations, it should be possible to initiate home IV therapy with antibiotics under the supervision of a nurse, but in other situations (e.g., allergy to medications, patient preference), such therapy should be started under the supervision of a physician. A decision algorithm was developed.

RÉSUMÉ

Historique : La dose initiale d’antibiotique dans le cadre d’une antibiothérapie intraveineuse (IV) à domicile est habituellement administrée sous la supervision d’un médecin, à cause des risques de réactions allergiques immédiates imprévisibles. Dans certaines régions, les patients doivent en plus acheter des trousses d’épinéphrine.

Objectif : Évaluer le traitement standard et élaborer des lignes directrices fondées sur des données probantes à l’intention des patients sous antibiothérapie IV à domicile.

Méthodes : On a procédé à la collecte d’information à partir de l’examen de la littérature, de l’analyse de rapports tirés du système canadien d’information sur les effets indésirables des médicaments (Canadian Adverse Drug Reaction Information System—CADRIS), des résultats d’un sondage sur les politiques des Centres d’accès aux soins communautaires de l’Ontario (CASC), et de sondages d’opinion auprès de pharmaciens intéressés par l’antibiothérapie parentérale et de médecins infectiologues.

Résultats : La recherche dans la littérature n’a pas permis de dégager de rapports sur l’incidence des effets indésirables suivant la dose initiale d’antibiotiques IV. Près de la moitié des réactions anaphylactiques consignées dans CADRIS au cours des 8 dernières années, dont on soupçonnait un antibiotique IV d’en être responsable, sont survenues au début du traitement. Des 29 (67 %) CASC qui ont répondu au sondage, 21 (72 %) ont permis l’administration à domicile de la dose initiale d’antibiotique IV. La majorité des spécialistes sondés avaient des protocoles d’antibiothérapie à domicile. Dans la plupart des cas, les patients n’avaient pas à acheter d’épinéphrine.

Conclusions : Dans certaines situations, il devrait être possible d’amorcer l’antibiothérapie IV à domicile sous la supervision d’une infirmière, mais dans d’autres cas (p. ex, allergie médicamenteuse, préférence du patient), l’antibiothérapie devrait être amorcée sous la supervision d’un médecin. Un algorithme de décision a été élaboré.


Keywords


IV antibiotics; home IV administration; first dose; guideline; antibiotiques intraveineux; administration intraveineuse à domicile; dose initiale; lignes directrices

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v60i2.155

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists