Attitudes of Pharmacy Students and Pharmacists towards Assisted Suicide

David K. Yung, Anne Marie Whelan

Abstract


ABSTRACT

The attitudes of pharmacy students and pharmacists towards the role of the pharmacy profession and prescription drugs in assisted suicide were measured and compared. Differences in proportions of responses and associations of responses with level of religious conviction, sex, and class or graduation year were tested statistically.

Both pharmacy students and pharmacists supported a patient's right to end his or her own life. They agreed that the decision to assist a patient to die should not be made by one physician alone and that it is inappropriate to involve a pharmacist in assisted suicide without his or her knowledge. However, the 2 groups did not agree as to whether dispensing a drug for the purpose of assisted suicide contravenes professional obligation. A higher proportion of pharmacists than students wanted to know if a drug they had dispensed was to be used for assisted suicide. Although many students and pharmacists believed that prescription drugs are an appropriate means to accomplish physician-assisted suicide, students were more unsure about the appropriateness of licensing bodies setting policies against pharmaceutically assisted suicide.

Student and pharmacist respondents with a high level of religious conviction were more critical towards assisted suicide. No significant association of responses with sex or with class or graduation year was found.

RÉSUMÉ

L'attitude des étudiants en pharmacie et celle des pharmaciens vis à vis du rôle de la pharmacie et des médicaments d'ordonnance dans le suicide assisté ont été mesurées et comparées. Les différences en termes de proportion de réponses et d'association de réponses avec le degré de conviction religieuse, le sexe, l'année d'étude ou d'obtention de diplôme ont fait l'objet d'un test statistique.

Les étudiants en pharmacie et les pharmaciens appuyaient le droit du patient à mettre fin à ses jours. Ils étaient d'accord avec l'idée que la décision d'assister un patient à mettre fin à sa vie ne devrait pas être prise par un seul médecin et qu'il est inopportun d'impliquer un pharmacien dans le suicide assisté sans que ce dernier ne le sache. Cependant, les deux groupes étaient en désaccord à savoir si délivrer un médicament dans le cadre d'un suicide assisté transgresse l'obligation professionnelle. Une proportion plus forte de pharmaciens que d'étudiants voulaient savoir si le médicament qu'ils délivraient devait servir à des fins de suicide assisté. Bien que de nombreux étudiants et pharmaciens croyaient que les médicaments d'ordonnance constituaient un bon moyen d'accomplir un suicide assisté par un médecin, les étudiants étaient toutefois moins certains de la pertinence des organismes de réglementation professionnelle à mettre en place des politiques contre le suicide assisté médicalement.

Les étudiants et les pharmaciens dont le degré de conviction religieuse était élevé étaient plus critiques vis à vis du suicide assisté. Aucune association de réponses significative avec le sexe ou l'année d'étude ou d'obtention de diplôme n'a été observée.


Keywords


assisted suicide; pharmacy students; pharmacists; attitudes; suicide assisté; étudiants en pharmacie; pharmaciens; attitudes

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v52i4.1823

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists