Effectiveness of Strategies for Preventing Acute Antineoplastic-Induced Nausea and Vomiting in Children with Acute Lymphoblastic Leukemia

L. Lee Dupuis, Robert Lau, Mark L. Greenberg

Abstract


ABSTRACT

Objective: To describe the antiemetic regimens prescribed for children receiving antineoplastic drugs for the treatment of acute lymphoblastic leukemia and the effectiveness of these regimens in preventing acute antineoplastic-induced nausea and vomiting. Evaluation of the extent of adherence to guidelines for selection of the antiemetic regimen was a secondary objective.

Methods: All children (inpatients and outpatients) receiving antineoplastics for the treatment of acute lymphoblastic leukemia during the 12-week study period were eligible for the study. For each patient, age, diagnosis, antineoplastic protocol, antineoplastic agents prescribed, antiemetic agents prescribed, and time of administration of antineoplastic and antiemetic medications were recorded. The date and time of each emetic episode were recorded in a patient diary on each day that antineoplastics were given and for 3 days thereafter. Children 3 years of age and older were asked to assess the worst degree of nausea experienced. Diet and the presence of adverse effects were also assessed. The rate of response to the antiemetic regimen, the median nausea rating, and the median diet followed were described for antineoplastic agents of high, moderate, and low emetogenicity. The responses of children who experienced anticipatory nausea and vomiting were compared with those of children who did not experience anticipatory symptoms. Proportions were compared by means of a χ2 test or a Z-test with an a priori level of significance of 5%.

Results: Data on emetic response were collected and analyzed for 94 children receiving 133 cycles of therapy over a total of 168 days. Complete, major, and failed responses were observed on 128 (76%), 30 (18%), and 10 (6%) of the study days respectively. Most children who received moderately to highly emetogenic regimens received at least one close of ondansetron. Children who vomited or were nauseated were given no additional antiemetic support or were given additional doses of ondansetron, dexamethasone, or dimenhydrinate.

Conclusion: The rate of complete response to the antiemetic regimen in this study was lower than that reported by other investigators. Adjustment of the emetogenicity classification, standardization of the antiemetic selection process, and development of effective management strategies for anticipatory and breakthrough nausea and vomiting will improve patients' experience.

RÉSUMÉ

Objectif : Décrire les traitements antiémétiques prescrits chez les enfants qui reçoivent des antinéoplasiques pour combattre la leucémie lymphoblastique aiguë, et l'efficacité de ces traitements pour la prévention des nausées et des vomissements graves dus aux antinéoplasiques. L'évaluation de la mesure avec laquelle on adhérait aux lignes directrices dans le choix du traitement antiémétique constituait un objectif secondaire.

Méthodes : Tous les enfants (hospitalisés et ambulatoires) qui recevaient des antinéoplasiques pour le traitement de leur leucémie lymphoblastique aiguë au cours de la période d'étude de 12 semaines étaient admissibles à cette étude. On a consigné l'âge, le diagnostic, le protocole d'administration des antinéoplasiques, les antinéoplasiques prescrits, les antiémétiques prescrits et l'heure d'administration des antinéoplasiques et des antiémétiques. La date et l'heure de survenue de chacun des épisodes de nausées et de vomissements ont été consignées dans un journal quotidien du patient pour chacune des journées où des antinéoplasiques ont été administrés et durant les trois jours suivants. On a demandé aux enfants de trois ans ou plus d'évaluer leurs pires épisodes de nausées et de vomissements. Le régime alimentaire et la manifestation d'effets indésirables ont également été évalués. Le taux de réponse au traitement antiémétique, la cote médiane des nausées, et le régime alimentaire moyen suivi ont été décrits pour les antinéoplasiques fortement, moyennement et faiblement émétogènes. Les réactions des enfants qui ont éprouvé des nausées et des vomissements par anticipation ont été comparées à celles des enfants qui n'ont pas éprouvé de symptômes par anticipation. Les proportions ont été comparées au moyen du test du chi carré ou du test Z avec un taux de signification a priori de 5 %.

Résultats : les données sur les réponses aux traitements antiémétiques ont été recueillies et analysées pour 94 enfants qui ont reçu 133 séances thérapeutiques au cours d'un total de 168 jours. La réponse était complète, importante et inexistante durant 128 (76%),  30 (18 %), et 10 (6 %) jours, respectivement, sur le total des jours d'étude. La plupart des enfants qui ont reçu un traitement antinéoplasique fortement ou moyennement émétogène ont reçu au moins une dose d'ondansétron. Les enfants qui ont éprouvé des nausées ou des vomissements n'ont reçu aucun antiémétique d'appoint ou ils ont reçu de doses additionnelles d'ondansérron, des dexaméthasone ou de dimenhydrinate.

Conclusion: Le taux de réponse complète aux traitements antiémétiques au cours de cette étude était plus faible que celui rapporté par d'autres chercheurs. Une correction de la classification de l'émétogénécité, la standardisation du processus de sélection des antiémétiques, et l'élaboration de stratégies de gestion efficaces des nausées et des vomissements par réaction d'anticipation et perthérapeutiques facilitera la vie des patients.


Keywords


antiemetic agents; antineoplastic-induced vomiting; leukemia; pediatrics; antiémétiques; vomissements dus aux antinéoplasiques; leucémie; pédiatrie

Full Text:

PDF


ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists