Assessment of the Use of a Regional Drug Information Service by Community Pharmacists

Sharon J. Fisher, Todd D. Sorensen, C. Brian Tuttle

Abstract


ABSTRACT

Community pharmacy inquiries received by the Regional Drug Information Service (RDIS) affiliated with the Queen Elizabeth II Health Sciences Centre Drug Information Centre almost tripled between 1990 and 1995, placing significant pressure on staff and resources. A study was undertaken to determine whether the service was being used appropriately by this population. Inappropriate use was measured by identifying requests considered to be beyond the focus of RDIS, as well as those that could have been answered by the requesting practitioner using references expected to be found in a community pharmacy. Of 444 inquiries received during the study period, 56 were identified as inappropriate. Twelve requests did not pertain to drugs or pharmacotherapeutics, while the remaining 44 could have been answered using references from a core library. A survey of community pharmacies from which an inappropriate inquiry originated revealed that only 2 of these requests came from a pharmacy lacking the necessary core reference. This study indicates that the majority of inquiries received by RDIS from community pharmacists cannot be adequately answered using a core library alone; thus, inappropriate inquiries do not contribute substantially to the growing workload of RDIS.

RÉSUMÉ

Les demandes de renseignement des pharmacies communautaires qui sont adressées au Service d'information régional sur les médicaments (RDIS) affilié au Centre d'information sur les médicaments du Queen Elizabeth II Health Sciences Center, ont presque triplé entre 1990 et 1995, ce qui a mis beaucoup de pression sur le personnel et les ressources de ce centre. Une étude a été menée pour déterminer si oui ou non les services de ce centre étaient utilisés à bon escient pur ces clients. L'usage inopportun du centre a été mesuré en identifiant les demandes qui dépassaient les compétences du RDIS et celles auxquelles aurait pu répondre le médecin demandant s'il avait utilisé les ouvrages de référence qu'on trouve habituellement dans une pharmacie communautaire. Des 444 demandes reçues au cours de la période de l'étude, 56 ont été  identifiées comme inopportunes. De ces dernières, douze n’avaient aucun rapport avec les médicaments ou la pharmacothérapie, alors que les 44 autres auraient pu trouver réponse si les demandeurs avaient consulté les ouvrages de référence de la bibliothèque «centrale». Un sondage mené auprès des pharmacies communautaires qui ont fait des demandes inopportunes a révélé que seulement deux de ces demandes provenaient d'un pharmacien qui n'avait pas accès à l'ouvrage de référence central nécessaire pour trouver la réponse. Cette étude indique que la plupart des demandes adressées par les pharmacies communautaires au RDIS ne peuvent pas trouver de réponse satisfaisante en n'ayant recours qu'aux ouvrages de référence d'une bibliothèque centrale. Par conséquent, les demandes inopportunes ne contribuent pas notablement à la charge de travail croissante du RDIS.


Keywords


Community Pharmacy; Drug Information; Drug Information Service; information sur les médicaments; pharmacie communautaire; service d'information sur les médicaments

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v51i1.1897

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists