The Canadian Oncology Pharmacy Research Network

Larry Broadfield

Abstract


ABSTRACT

Research in hospital pharmacy has been increasingly highlighted in recent years, with special attention focused by the Research Committee of the Canadian Society of Hospital Pharmacists (CSHP). In a first attempt to organize potential oncology pharmacist researchers, an invitation to join a research network was distributed to hospital pharmacists across Canada in late 1988. Data sheets, including personal demographic data, practice and research information, members' perceived roles in future research projects, experience and training, interest in multi-centre research projects, and specific areas of research involvement were used to create a roster of pharmacist researchers. Sixty-nine pharmacists submitted their names to the roster. Details on each respondent were then transferred to a standardized data spreadsheet which was distributed back to each network member. Members then had a listing of potential researcher colleagues to aid in their development or participation in multi-centre studies.

Data provided by the respondents were analyzed to characterize the nature of this network. Twenty of 60 members reported qualifications beyond BSc and 11 members hold advanced degrees. There was a wide variation of time available for research activities. A weekly commitment of three to ten hours (reported by 25/48) is a reasonable amount of time for successful research involvement. Previous training and experience are also positive factors: 25/69 had postgraduate training, 25/68 had previous experience conducting a research project and 34/67 had collaborated on a study project. There were two cohorts of potential researchers in oncology pharmacy — those who are prepared to run a project, and those who wish to contribute to projects. The final data set defined the specific areas of research interest. Clinical practice categories were ranked highest, and scientific/pharmaceutical categories were ranked next highest.

RÉSUMÉ

Depuis quelques années, la recherche en pharmacie hospitalière a été de plus en plus mise en évidence avec une attention spéciale portée par le Comité de recherche de la Société canadienne des pharmaciens d'hôpitaux (S.C.P.H.). Dans le but d'organiser le recrutement de pharmaciens chercheurs en oncologie, une invitation à joindre un réseau de recherche fut diffusée à tous les pharmaciens d'hôpitaux à travers le Canada à la fin de l'année 1988. Des feuilles de données, incluant les données démographiques personnelles, des informations sur la pratique et la recherche, la perception des membres de leur rôle dans les projets de recherche futurs, l'expérience et la formation, l'intérêt dans les projets de recherche multicentriques et l'application dans des sphères spécifiques de recherche, furent utilisées pour créer une liste de pharmaciens chercheurs. Soixante et neuf pharmaciens ont soumis leurs noms à cette liste. Des renseignements détaillés sur chacun des répondants furent compilés sur une feuille de données standardisée qui fut envoyée à chacun des membres du réseau. Les membres avaient donc une liste de noms de confrères chercheurs potent dans le but d'obtenir de l'aide au développement et à la participation d'études multicentriques.

Les données reçues des répondants furent analysées pour décrire la nature de ce réseau. Vingt des soixante membres étaient qualifiés au-delà d'un B.Sc. et onze membres possédaient des diplômes d’études supérieures. Il y avait une grande fluctuation en ce qui concerne la disponibilité de chacun pour les activités de recherche. Un engagement de trois à dix. Heures par semaine (selon vingt cinq des quarante huit répondants) serait une période de temps suffisante pour une implication minimale efficace en recherche. Une formation et une expérience antérieure étaient des atouts certains. Ainsi 25/68 avaient une formation postuniversitaire, 25/68 avaient l'expérience à diriger un projet de recherche et  34/67 avaient collaboré à un projet de recherche. Il y avait deux groupes de chercheurs potentiels en pharmacie oncologique, ceux qui étaient prêts à fait fonctionner un projet et ceux qui voulaient contribuer à un projet. Les données finales auront défini des sphères spécifiques de recherches. Les sphères concernant la pratique clinique étaient les mieux quottées suivies des sphères concernant le côté scientifique/pharmaceutique.


Keywords


network; oncology; research; oncologie; recherche; réseau

Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v44i4.2757

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists