Open Access Open Access  Restricted Access Subscription or Fee Access

Health Authority Pharmacists’ Perceptions of Independent Pharmacist Prescribing

Mitch Prasad, Peter S Loewen, Stephen Shalansky, Shahrzad Salmasi, Arden R Barry

Abstract


ABSTRACT

Background: In many jurisdictions, the pharmacist’s role continues to evolve from drug distribution–based service delivery to expanded scopes of practice, including independent prescribing of medications.

Objectives: To assess health authority–based pharmacists’ attitudes, be-liefs, and perceptions about independent prescribing, to determine how independent prescribing may affect their behaviour, and to identify perceived barriers and enablers to incorporating it into their practice.

Methods: An anonymous, cross-sectional online survey of 677 health authority–based pharmacists employed by Lower Mainland Pharmacy Services in British Columbia collected information in the following domains: demographic characteristics; attitudes, beliefs, and perceptions regarding pharmacist prescribing; anticipated effect of pharmacist prescribing on behaviour; likelihood of applying for this authority, if granted; and barriers and enablers to applying for prescribing authority and incorporating prescribing into their practice. A multivariate regression analysis was performed.

Results: A total of 266 pharmacists (39.3%) responded to the survey. Most respondents agreed that prescribing is important to the profession and relevant to their practice, and that it might enhance job satisfaction. Additionally, respondents agreed that they had the expertise to prescribe. Respondents perceived prescribing as having the potential to positively affect behaviour, including deprescribing, prescribing at time of discharge or transfer, and renewing medications. Enablers to applying for pharma-cist prescribing authority included perceived positive impact on patient care and the profession, level of support from management and coworkers, and personal ability. No barriers were identified. About two-thirds of phar-macists indicated they would likely apply for prescribing authority if it were granted through legislation. Pharmacists with a clinical practice or research role were significantly more likely to apply to be a prescriber, whereas those with more than 10 years of experience were less likely to apply.

Conclusions: In this study, health authority–based pharmacists held positive attitudes and beliefs about the value and impact of independent prescribing of medications on their practice and the profession. There were no perceived barriers to applying for prescribing authority or to incorporating prescribing into practice.

RÉSUMÉ

Contexte : Dans bien des provinces, le rôle du pharmacien ne cesse d’évoluer, depuis la prestation de services fondée sur la distribution de médicaments à des champs de pratique élargis, comprenant le droit de prescription autonome des médicaments.

Objectifs : Évaluer les attitudes, les croyances et les opinions des pharmaciens rattachés à des régies de santé concernant le droit de prescription autonome, déterminer l’influence de ce droit sur leurs habitudes et recenser les éléments qui, selon eux, entravent ou facilitent l’intégration de ce droit dans leur pratique.

Méthodes : Une enquête transversale anonyme en ligne s’adressant à 677 pharmaciens rattachés à une régie de santé et employés par les services de pharmacie des basses-terres continentales en Colombie-Britannique a permis de recueillir de l’information sur les domaines suivants : caractéris-tiques démographiques; attitudes, croyances et opinions concernant le droit de prescrire des pharmaciens; effets envisagés sur les habitudes du droit de prescrire accordé aux pharmaciens; probabilité de demander ce droit, s’il existe; et les éléments entravant ou facilitant la demande du droit de prescrire et l’intégration de ce droit dans leur pratique. Une analyse de régression multivariée a été réalisée.

Résultats : Au total, 266 pharmaciens (39,3 %) ont répondu au sondage. La plupart d’entre eux ont affirmé que le droit de prescrire est important pour la profession et pertinent dans le cadre de leur pratique et que cet acte pourrait accroître leur satisfaction au travail. De plus, les répondants affirmaient qu’ils possédaient l’expertise requise pour prescrire. Selon eux, le droit de prescrire pouvait influencer positivement leurs habitudes, notamment en ce qui concerne l’interruption de la prescription, la prescription au moment du congé ou d’un transfert et le renouvellement de médicaments. Parmi les éléments incitant les pharmaciens à solliciter le droit de prescrire, on comptait les effets positifs présumés sur les soins offerts aux patients et sur la profession, le soutien de la part de la direction et des collègues et les capacités personnelles. Aucun obstacle n’a été recensé. Environ deux tiers des pharmaciens ont indiqué qu’ils solliciteraient probablement le droit de prescrire s’il était accordé par la loi. Les pharmaciens en pratique clinique et ceux en recherche étaient beaucoup plus enclins à faire la demande pour devenir prescripteurs alors que ceux comptabilisant plus de dix ans d’expérience étaient moins enclins à faire la demande.

Conclusions : Dans la présente étude, les pharmaciens rattachés à une régie de santé affichaient une attitude et des croyances positives à propos de la valeur du droit de prescription autonome des médicaments et des effets qu’il aurait sur leur pratique et la profession. On n’a recensé aucun élément perçu comme un obstacle à la formulation d’une demande du droit de prescrire ou à l’inclusion de ce rôle dans la pratique.


Keywords


pharmacists; pharmacy; drug prescriptions; health services; pharmacy research; pharmaciens; pharmacie; prescriptions de médicaments; services de santé; recherche en pharmacie

Full Text:

PDF Appendix HTML


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v72i3.2898

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists