Open Access Open Access  Restricted Access Subscription or Fee Access

Efficacy, Safety, and Practicality of Tacrolimus Monitoring after Bone Marrow Transplant: Assessment of a Change in Practice

Jacky Cheung, Jason Wentzell, Melanie Trinacty, Pierre Giguère, Priya Patel, Natasha Kekre, Tiffany Nguyen

Abstract


ABSTRACT

Background: Currently, there is no standardized approach to the frequency of monitoring tacrolimus levels in patients who have undergone hematopoietic stem cell transplant (HSCT). Previously, the practice at the study hospital was to monitor tacrolimus levels daily throughout a patient’s admission. A recent institutional study suggested that measurement of tacrolimus level is more frequent than needed to achieve consistent time in the therapeutic range (TTR), particularly after the first 7 days. As a result, tacrolimus monitoring was changed to daily measurement for the initial week of therapy, followed by measurements on Monday, Wednesday, and Friday in subsequent weeks.

Objective:To confirm the safety and efficacy of the recent practice change.

Methods: This retrospective chart review of HSCT patients admitted to The Ottawa Hospital involved 68 patients in the pre–practice change group and 43 patients in the post–practice change group. Data on tacrolimus measurement were collected for up to 21 days after initiation of this medication. The proportion of TTR was compared between the

2 groups. Differences in the incidence and severity of renal dysfunction and the incidence of acute graft versus host disease (GVHD) were determined and described.

Results: In the pre–practice change cohort, the median proportion of TTR for tacrolimus was 40.5% for days 1–7, 65.1% for days 8–14, and 78.9% for days 15–21, similar to the values for the post–practice change group (46.6% [p = 0.09], 62.9% [p = 0.93], and 70.0% [p = 0.22], respectively, for the same periods). The incidence of acute GVHD within 100 days after HSCT was 24% and 33% for the pre– and post–practice change cohorts, respectively. The incidence and severity of renal dysfunction were similar between the 2 groups.

Conclusion:The proportion of TTR for tacrolimus was not significantly affected by the recent practice change. Similarly, the incidence and severity of renal dysfunction and the incidence of acute GVHD did not appear to differ between the pre– and post–practice change groups.

RÉSUMÉ

Contexte : Il n’existe actuellement aucune approche standardisée portant sur la fréquence des contrôles des valeurs du tacrolimus pour les patients ayant subi une greffe de cellules souches hématopoïétiques (GCSH). Dans le passé, la pratique à l’hôpital où s’est déroulée l’étude consistait à les contrôler quotidiennement durant tout le séjour du patient. Une récente étude institutionnelle a laissé entendre que cette mesure était plus fréquente que nécessaire pour obtenir une marge thérapeutique régulière (TTR), particulièrement après les sept premiers jours. Par conséquent, une modification du contrôle des valeurs du tacrolimus préconise désormais des mesures quotidiennes pendant la première semaine de la thérapie, suivies de mesures le lundi, le mercredi et le vendredi au cours

des semaines suivantes.

Objectif : Confirmer la sécurité et l’efficacité du récent changement apporté à la pratique.

Méthode : Cet examen rétrospectif des dossiers des patients GCSH admis à l’Hôpital d’Ottawa concernait 68 patients du groupe « avant le changement de pratique » et 43 du groupe « après le changement de pratique ». Les données relatives aux mesures des valeurs du tacrolimus ont été recueillies pendant les 21 premiers jours après le début de l’administration de ce médicament. La comparaison entre les deux groupes portait sur la proportion de TTR. Les différences d’incidence et de gravité du dysfonctionnement rénal et l’apparition de réaction aiguë du griffon contre l’hôte (GVHD) ont été définies et décrites.

Résultats : Dans la cohorte « avant le changement de pratique », la proportion moyenne de TTR du tacrolimus était de 40,5 % du 1er au 7e jour; de 65,1 % du 8e au 14e jour et de 78,9 % du 15e au 21e jour. Ces valeurs sont similaires à celles du groupe « après le changement de pratique » (respectivement 46,6 % [p = 0,09], 62,9 % [p = 0,93] et 70,0 % [p = 0,22] pendant les mêmes périodes). L’incidence de réaction aiguë du greffon contre l'hôte dans les 100 jours après la GCSH se montait respectivement à 24 % et à 33 % dans les cohortes « avant et après le changement de pratique ». L’incidence et la gravité du dysfonctionnement rénal étaient similaires dans les deux groupes.

Conclusion : La proportion de TTR relative au tacrolimus n’a pas été modifiée de manière significative par le changement récent de pratique. De même, l’incidence et la gravité du dysfonctionnement rénal et l’incidence de réaction aiguë du greffon contre l’hôte ne semblaient pas différer entre les groupes avant et après le changement de pratique.


Keywords


tacrolimus; acute graft-versus-host disease; time in therapeutic range; renal dysfunction; monitoring; tacrolimus; réaction aiguë du greffon contre l’hôte; marge thérapeutique; dysfonctionnement rénal; contrôle

Full Text:

PDF HTML


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v73i1.2956

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists