Open Access Open Access  Restricted Access Subscription or Fee Access

Point Prevalence Survey of Benzodiazepine and Sedative-Hypnotic Drug Use in Hospitalized Adult Patients

Heather L Neville, Mia Losier, Jennifer Pitman, Melissa Gehrig, Jennifer E Isenor, Laura V Minard, Ellen Penny, Susan K Bowles

Abstract


 

ABSTRACT

Background: Benzodiazepines and sedative-hypnotic drugs (BZD/ SHDs), such as zopiclone and the antidepressant trazodone, pose risks such as falls, fractures, and confusion, especially for older adults. Use of these drugs in the acute care setting is poorly understood.

Objectives: To determine the point prevalence and characteristics of use of BZD/SHDs in hospitals in Nova Scotia, Canada.

Methods: A point prevalence survey was conducted for adults admitted to all hospitals with at least 30 acute care beds between May and August 2016. Drugs administered intravenously, patients in long-term care, and patients receiving mental health services, addiction treatment, or critical care were excluded. The proportion of included patients who had received a BZD/SHD within the 24 h before the start of the survey was determined. A descriptive statistical analysis was performed.

Results: Overall BZD/SHD prevalence was 34.6% (487/1409) across the 16 eligible hospitals. The average age was 70.3 years, and 150 (30.8%) of the patients were 80 years or older. Among the 585 prescriptions for these patients, commonly used drugs were zopiclone (32.0%), lorazepam (21.9%), and trazodone (21.9%). The most common indications for use were bedtime/daytime sedation (60.0%) and anxiety (12.5%). More than half of the prescriptions (55.7%) had been initiated at home, 37.6% were started in hospital, and the place of initiation was unknown for 6.7%. Benzodiazepines were prescribed more frequently to patients under 65 years than those 80 years or older (41.3% versus 22.2%, p < 0.001) whereas trazodone was more frequently prescribed to the older of these 2 age groups (52.7% versus 14.3%, p < 0.001).

Conclusions: BZD/SHDs were frequently used by hospitalized adult patients in Nova Scotia. Trazodone appears to have been substituted for benzodiazepines in the oldest age group. Pharmacists should direct their efforts toward preventing inappropriate initiation of BZD/SHDs in hospital, particularly for elderly patients.

RÉSUMÉ

Contexte : Les benzodiazépines et les médicaments sédatifs-hypnotiques (BZD/MSH), comme la zopiclone et l’antidépresseur trazodone, comportent des risques de chute, de fracture et de confusion, particulièrement chez les personnes âgées. Il existe une mauvaise compréhension de l’utilisation de ces médicaments dans un contexte de soins intensifs.

Objectifs : Déterminer la prévalence ponctuelle et les caractéristiques de l’utilisation des BZD/MSH dans des hôpitaux en Nouvelle-Écosse, au Canada.

Méthodes : Une enquête sur la prévalence ponctuelle a été menée entre mai et août 2016 auprès d’adultes admis dans les hôpitaux comptant au moins 30 lits en soins intensifs. Les patients recevant ces medicaments par voie intraveineuse, ceux en établissement de soins de longue durée, ceux recevant des services en santé mentale ou un traitement pour la toxicomanie ou encore ceux des soins intensifs ont été exclus de l’enquête. La détermination de la proportion des patients inclus dans l’étude portait sur ceux qui avaient reçu des BZD/MSH au cours des 24 h précédant le début de l’enquête, et elle a été suivie d’une analyse statistique descriptive.

Résultats :De manière générale, l’usage des BZD/MSH s’élevait à 34,6 % (487/1409) dans les 16 hôpitaux participants. L’âge moyen des patients était de 70,3 ans et 150 (30,8 %) étaient âgés d’au moins 80 ans. Parmi les 585 prescriptions pour ces patients, les médicaments communément utilisés étaient la zopiclone (32,0 %), le lorazepam (21,9 %) et le trazodone (21,9 %). Les indications d’utilisation les plus répandues concernaient la sédation au coucher et en cours de journée (60 %) et l’anxiété (12,5 %). Plus de la moitié des prescriptions (55,7 %) ont commencé à domicile, 37,6 % ont commencé à l’hôpital, et le lieu du début de la prise de ces médicaments était inconnu dans 6,7 % des cas. La prescription des benzodiazépines s’adressait plus souvent aux patients de moins de 65 ans qu’à ceux d’au moins 80 ans (41,3 % par rapport à 22,2 %, p < 0,001), tandis que la prescription de trazodone s’adressait plus souvent aux personnes de la tranche d’âge plus avancée (52,7 % par rapport à 14,3 %, p < 0,001).

Conclusions : Les BZD/MSH étaient fréquemment utilisés par les patients adultes hospitalisés en Nouvelle-Écosse. La trazodone semble avoir remplacé les benzodiazépines dans le groupe plus âgé. Les pharmaciens devraient orienter leurs efforts sur la prévention de la prise inappropriée des BZD/MSH en hôpital, particulièrement par les patients plus âgés.


Keywords


benzodiazepines; sedative-hypnotic drugs; trazodone; hospital; geriatrics; sleep; benzodiazépines; médicaments sédatifs-hypnotiques; trazodone; hôpital; gériatrie; sommeil

Full Text:

PDF HTML


DOI: http://dx.doi.org/10.4212/cjhp.v73i3.2997

ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists