S’adapter à une pandémie

S’adapter à une pandémie


Tania Mysak

C’était le 11 mars. Pressés par une échéance se rapprochant à grands pas dans un contexte en pleine mutation, les membres de la direction de l’organisation se sont réunis dans l’urgence pour prendre des décisions importantes sur la base d’informations incomplètes. L’Organisation mondiale de la Santé venait de déclarer que la COVID-19 engendrerait une pandémie mondiale. D’une part, ce n’était qu’une confirmation de ce que l’on savait déjà: un nouveau virus frappant plusieurs continents. D’autre part, cette pandémie a tout modifié et mis en branle des changements qui allaient avoir des conséquences sur notre environnement de travail et notre vie personnelle qu’on ne saisissait pas pleinement à ce moment-là.

La réunion en question portait sur le séminaire de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux (SCPH) à Banff. Nous étions rassemblés autour d’un intervenant dans un petit bureau (avant que la distanciation physique ne devienne la norme) pour nous entretenir avec nos collègues et examiner les options qui s’offraient à nous. La conférence devait commencer quelques jours plus tard et Jody Ciufo, directrice générale de la SCPH, qui se réjouissait de participer à son premier séminaire à Banff, avait déjà fait le déplacement. Mais des nuages menaçants pointaient à l’horizon. Le comité de planification filtrait depuis plus d’une semaine les appels d’intervenants, de commanditaires et de participants soucieux. Étant donné ce que nous savions déjà à ce moment-là, pouvions-nous maintenir la conférence? Pouvionsnous assumer les coûts d’une l’annulation? Pouvions-nous courir le risque de ternir la réputation si une épidémie se déclarait parmi les travailleurs de la santé? Finalement, nous avons tiré un trait sur une belle occasion de rencontre entre les membres.

Pourquoi est-ce que je vous raconte cette histoire? Elle illustre simplement avec quelle vitesse la SCPH a dû faire volteface pour s’adapter à un changement rapide de l’environnement. À l’instar de notre vie et de notre lieu de travail qui ont été bouleversés pour donner lieu à une «nouvelle normalité», la vie à la SCPH a également été mise sens dessus dessous. Le travail et les plans du printemps, de l’été et probablement de l’automne ont été réorientés et leurs priorités redéfinies. Les conférences ont été annulées dans un climat d’incertitude quant à un retour à la normale. Nous avons recentré nos formations pour les orienter sur des webinaires portant sur la COVID-19, qui ont tous été accueillis avec enthousiasme. Nous nous sommes réunis et réajustés pour être sûrs de pouvoir être au bon endroit pour plaider en faveur des médicaments essentiels et prévenir des pénuries dévastatrices. Nos Réseaux de spécialité en pharmacie et notre site Web consacré à la COVID-19 sont devenus des centres animés d’échanges et d’acquisition des connaissances. Nous avons favorisé les réunions et les rencontres virtuelles. Bien qu’il reste encore beaucoup de défis à relever, de nombreux changements ont été positifs et nous permettent d’explorer de nouvelles manières de répondre aux besoins des membres et de faire avancer nos pratiques. Soutenir les membres de la SCPH et leurs patients tout au long de la pandémie de COVID-19 est un travail à la fois considérable et gratifiant.

Quand vous lirez ces quelques lignes, nous devrions avoir dépassé le premier pic de ce qui devrait être une série de vagues qui frappent notre système de soins de santé. Comme cette expérience a permis d’attirer l’attention de la société sur le besoin fondamental d’un système de santé publique solide, j’espère qu’elle a également attiré l’attention de notre communauté de pharmaciens sur le besoin crucial d’une société professionnelle solide. J’espère que vous avez été témoins de la contribution qu’apporte la SCPH à la pratique de la pharmacie et aux relations professionnelles. Finalement, j’espère aussi sincèrement que vous avez fait remarquer cette contribution aux non-membres et que vous les avez encouragés à se joindre à nous pour poursuivre notre mission primordiale.

[Traduction par l’éditeur]


Tania Mysak, B.S.P., Pharm. D., est présidente et agente de liaison pour la vision de la Société canadienne des pharmaciens d’hôpitaux

(Return to Top)



Canadian Journal of Hospital Pharmacy, VOLUME 73, NUMBER 3, May-June 2020



ISSN 1920-2903 (Online)
Copyright © 2019 Canadian Society of Hospital Pharmacists